Bienvenue sur www.lecreusot.com. Nous sommes le Jeudi 23 novembre 2017.      

Le rail
d'après L'Illustration - Histoire de la locomotion terrestre - 1935

Histoire du rail
Les rails sont beaucoup plus anciens que les locomotives. Cependant comme celles-ci, c'est dans les mines qu'ils sont nés.


Cosmographie Universelle 1550

Les ancêtres du rail
Avant le "chemin de fer" ont existé les ornières de pierre et les rails en bois.
La Grèce antique utilisait déjà des voies à ornières, creusées volontairement à l'écartement normal des roues de chars, dans des dalles de pierre disposées côte à côte le long de certaines routes, pour adoucir et faciliter le roulement des chars. On en retrouve sur la route du Pirée à l'Agora d'Athènes.

De grèce, le procédé passa en Italie où en subsistent des vestiges sur les chemins qui conduisent aux ruines des villes les plus anciennes du Latium, ainsi qu'en Sicile, près de Syracuse.

Plus près de nous, un chemin à ornières a été aménagé vers 1826 à la carrière de Dartmoor, et en France, en 1828, on mentionne encore le "chemin à ornières".

La plus ancienne trace de rails apparait au XVème siècle. Dans sa Cosmographie Universelle, Sébastien Munster décrit les mines de Leberthal en Alsace, en 1550. Sur une gravure, on voit un mineur poussant dans une galerie, un petit chariot dont les roues de petit diamètre roulent sur un rail. Il est vraisemblable que l'emploi de rails était courant dans les mines d'Allemagne au XVIème siècle, mais ils existaient en Flandre avant cette époque : Un chariot sur rail figure sur un collier de cérémonie en argent ciselé datant du XVème siècle.

 

L'origine du mot "rail"
L'origine du mot rail pourrait (selon W. Grosseteste) être dans les mots riceule et rieulet désignant dans le patois du Hainaut et de Lille une règle de maçon aussi appelée rhil en vieux français, regel, regchel et riegel en bas allemand. En vieux français on trouve aussi roye qui se disait raye, raiye ou rège en Berry et en Saintonge. Tous ces mots peuvent provenir du latin regula qui a donné la règle en français. Il serait donc naturel de prononcer le mot rail (revenu d'Angleterre en 1825) en français comme en anglais, c'est à dire "relle" au lieu de "raille".

Chariot de mine 1556

Les rails en bois
Les rails en bois sont d'un usage courant dans les mines de Nottinghamshire à la fin du XVIème siècle. Lord Kepper North, en 1676, décrivait ainsi les rails de Newcastle : "La manière de transporter consiste a disposer des rails en bois depuis la mine jusqu'à la rivière, exactement droits et parallèles ; et de forts chariots sont faits avec quatre roulettes embrassant ces rails ; par quoi le transport est si facile qu'un cheval peut tirer quatre ou cinq chaldrons de charbon, et c'est un immense bénéfice pour les marchands de charbon".

Les rails de Newcastle

L'importance de ce moyen de transport est attestée par le fait qu'en 1690, une seule mine disposait de 600 wagons.

Jars - 1765

Le "Cours de Physique Expérimentale" de Désaguliers, publié à Londres en 1734, contient une description des wagons plats de Ralph Allen, utilisés pour transporter la pierre de ses carrières jusqu'aux quais de la rivière Avon, près de Bath. Ces wagons qui datent de près de 3 siècles, ont l'allure de wagons modernes. Les roues en fer fondu ont 20 pouces de diamètre (50 cm) et un bord de 6 pouces de large (15 cm) du côté de la voiture, qui les empêche de sortir des rails de chêne sur lesquels elles roulent. Le freinage se fait avec un grand levier de bois portant une ganse de fer, qui s'applique sur une des roues. Le levier est actionné par une chaîne passant sur un rouleau muni d'une roue à cliquet, qu'un levier peut dégager pour libérer la roue.

Wagons de Ralph Allen

Les rails ont une section presque carrée. c'est vers la même époque que l'on eut l'idée de garnir les rails de bois avec des lames de fonte clouées.

Les rails métalliques
C'est aux mines de Coalbrookdale, dans le comté de Salop, que furent installés pour la première fois des rails réalisés entièrement en fonte. Cette voie fut posée (selon les sources) entre Horsehay et Coalbrookdale par Abraham Darby, entre 1750 et 1763 ou à partir de 1763 par Richard Reynolds, gendre de Darby. En 1785, le réseau atteignait 32 kilomètres.

rails d'Outram

En 1774, John Curr, alors âgé de 18 ans, posa une voie en bois à Sheffield pour le Duc de Norfolk. Cela irrita la population qui détruisit et brûla la voie et un wagon. John Curr imagine alors le premier "tram-road", c'est à dire une voie composée de rails en fonte à rebord intérieur, pour porter des wagons à roues sans boudin. Ces rails étaient posés sur des traverses de bois, que la population détruisit à nouveau. On les remplaça par des boites en fonte, puis par des dés de pierre qui restèrent longtemps en usage. Les rails de Curr, appelés "plate-rails" étaient fondus par James Outram. On pense que c'est de son nom que les tramways tirent leur appellation.

tram-roads

Les rails modernes
En 1789, Jessop invente l'edge-rail, c'est à dire le rail moderne, en saillie, entièrement métallique, destiné à recevoir une roue à boudin. L'emploi des chemins de fer devint courant à cette époque.

En 1782, Daubenton mentionne en ces termes dans une lettre à Buffon, à la suite d'une visite au Creusot, le premier usage des rails en France :

"Toutes les routes y sont tracées par des pièces de bois, auxquelles sont adaptées des bandes de fonte sur lesquelles portent les roues des chariots qui conduisent le charbon et la mine; et ces roues sont conduites de manière que le chariot ne peut se détourner et est obligé de suivre la route qui lui est tracée ; de sorte qu'un seul cheval, même aveugle, conduit sans peine quatre milliers et plus."

Vers 1788 existaient des voies ferrées à Indret, mais aussi des rails en bois à Anzin et aux mines de plomb de Poullaouen.

Au début du XIXème siècle on comptait près de Newcastle un développement de 300 Km de rails au jour et autant sous terre, soit 600 Km. Il y en avait 400 Km à Clamorgan, 48 Km entre Cardiff et Merthyr Tydvil, 28 Km sur le Surey Iron Railway, inauguré le 24 juillet 1801. Ce fut le premier railway ouvert au public pour le transport de marchandises moyennant paiement d'un droit dont la perception avait été autorisée par le parlement.

rail moderne
rail moderne - © Denis GLENARD